Interview : Anaïs W.

Anaïs W 01

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’interviewer une amie romancière, « Anaïs W. » qui a autoédité son livre « Au-delà des tours ».

Commençons l’interview !

Bonjour Anaïs et merci de prendre le temps de répondre à mes quelques questions. Tout d’abord, est-il possible que tu nous parles un peu de toi ?

Eh bien, après des études scientifiques, j’ai décidé de me consacrer pleinement à mes romans. Depuis novembre 2016, j’ai quitté le salariat et je suis entrepreneur. J’essaie ainsi de vivre de ma passion ! Cela prend du temps mais c’est beaucoup de plaisir.

Merci ! Je vais continuer par des questions autour de ton roman puis je passerais à des questions sur toi. Il faut savoir que tu écris des romans à thème. Est-ce important pour toi ?

Ce n’est pas vraiment volontaire initialement d’écrire des romans à thèmes. Je suis mon inspiration, et celle-ci me ramène souvent à un sujet précis. Je pense tout de même que c’est important dans un roman d’avoir une ligne claire (parler des cités, de l’adolescence ou du VIH…) plutôt que de parler de tout et de rien pendant 300 pages. C’est plus intéressant pour le lecteur !

Considères-tu Debbie comme l’héroïne de ton roman ou est-ce juste le personnage central dans ton roman ? D’ailleurs, on sent qu’elle mûrit au fur et à mesure de l’histoire, non ?

Debbie est clairement l’héroïne d’Au-delà des tours. Déjà parce que ce roman est écrit à la première personne et ce sont ses pensées que nous suivons pas à pas. Et oui, elle mûrit au fil de l’histoire ! Ceci pour deux raisons : d’abord parce que j’ai pris du temps à achever ce premier roman et qu’il a grandi avec moi. Debbie a donc évolué en même temps. Ensuite, j’attache de l’importance au développement psychologique de mes personnages et malgré leurs histoires difficiles, je veux qu’ils ressortent grandi de leur épreuve… donc plus mature. C’est un message subliminal pour mes lecteurs.

As-tu une citation particulière que tu aimes dans ton livre et que tu voudrais nous faire partager ?

Voici celle que j’ai choisie :

« Mes yeux trouvent les siens, toujours aussi sérieux

– On ne mérite rien de tout ça. La vie nous a brisés. Comme elle a brisé Benoît. Comme elle brisera Mickaël. Et je suis sûr que ton frère a été brisé à un moment avant toi.

                La phrase me fait l’effet d’une gifle, mon propre tsunami arrive. Jonathan lève une main vers moi et effleure ma joue

– Il faut que tu comprennes ça pour passer à autre chose ».

 

Je trouve ce passage fort pour beaucoup de raison. Il parle de Debbie, de ses amis qui sont malmenés par la vie et qui tentent de s’en sortir. Il parle aussi de Debbie et de son histoire très difficile. Sa vie a basculé à cause d’une connerie faite par son frère. Elle peine à comprendre, à accepter et vie dans la rancœur pour se protéger. Jonathan ici l’encourage à se mettre à la place de son frère ce qui est extrêmement dur pour elle qui souffre énormément. Puis cette citation c’est aussi un message universel : avant de détester quelqu’un pour ses actes, pourquoi ne pas essayer de comprendre ce qui les a poussés à agir ainsi ?

As-tu une préférence pour un personnage ? Si oui, lequel et pourquoi ?

Ah, c’est une question difficile ! J’aime tous mes personnages également, car ils apportent chacun à travers leur personnalité des facettes à « l’humain » qui se trouvent dans Au-delà des tours. Chacun de mes personnages à ses propres problèmes, des défauts, des qualités. Ils prennent des bonnes ou des mauvaises décisions car ils font « comme ils peuvent ». Ils sont touchants et bouleversant à leur manière… pour cette raison, je n’ai pas de petit favori. Et toi ?

Quels sont les sentiments lorsque tu écris ? Ressens-tu la même chose que tes personnages ? C’est différent ?

Pour Au-delà des tours oui, je me suis beaucoup investi émotionnellement. Ce livre est le reflet de nombreuses émotions qui m’ont traversé au cours de l’adolescence et j’ai parfois autant souffert que Debbie en écrivant son histoire. Je n’ai pas vécu ce qu’elle a vécu, mais émotionnellement, j’étais très proche d’elle. Ce n’est pas facile d’écrire ainsi, cela déteignait sur mon moral lorsque je travaillais le manuscrit, bien des années plus tard. Aujourd’hui j’ai donc décidé de m’impliquer moins personnellement au moment de l’écriture… et j’ai été très heureuse de voir que cela n’enlevait rien de l’intensité émotionnelle de mes livres !

Quand tu as terminé ton livre, quelle est ton impression ? Soulagée de l’avoir fini, triste que ça soit déjà la fin ? Dis-nous tout !

Je suis toujours triste de finir un livre, comme le lecteur, je n’ai pas envie de quitter mes personnages. J’ai envie de continuer à les faire vivre, leur donner de nouveaux challenges à relever… Souvent à la fin d’un livre, je prends quelques jours ou quelques semaines à arrêter la machine de l’inspiration. Je continue à penser à eux, à rêver d’eux… Je me force à ne rien écrire ou seulement des idées importantes qui pourraient constituer une suite. Mais c’est douloureux de devoir les quitter !

Je vais maintenant passer aux questions sur toi. On imagine tous qu’à part écrire, tu as une vie. Alors puis-je te demander comment occupes-tu ton temps libre ?

C’est vrai que l’écriture n’est finalement pas mon activité principale, elle est une petite partie de tout ce que le travail d’auteur demande. Comme je suis auteur indépendante, je n’ai pas vraiment de « temps libre ». Je suis toujours occupée à promouvoir mes livres, à trouver de nouveaux lecteurs, à faire des séances de dédicace… Et parfois, à écrire ! Mais ce sont des périodes bien spécifiques.

Sinon, en dehors de mon travail d’auteur eh bien… je suis humaine. Je fais un peu de sport, j’adore regarder des films, cuisiner des desserts, papoter avec des amis sur les réseaux sociaux (j’en ai peu qui habite proche de chez moi et je suis casanière).

Quand tu écris, es-tu plutôt feuille de papier/stylo ou ordinateur ?

Ça dépend où je me trouve ! Dans les périodes d’écriture, j’écris toujours directement sur l’ordinateur, mais quand je sors j’ai toujours un carnet dans mon sac pour les nouvelles idées. Et aussi à côté de mon lit !

Comment te vient l’inspiration ? En écoutant de la musique ?

L’inspiration fait un peu ce qu’elle veut. L’inspiration un peu comme une partie de l’inconscient qui décide soudain de devenir consciente. Je vais avoir de l’inspiration après avoir regardé un film ou avoir écouté de la musique. Souvent l’inspiration me vient après avoir ressenti une forte émotion, quelque chose de profond, que j’ai envie de retranscrire.

As-tu des projets de livres ou d’autres (exemple : livre audio) pour l’avenir ?

Des projets je n’en manque pas ! Des livres bien sûr, j’y pense toujours : quel sera le prochain ? J’ai beaucoup d’idées et déjà quelques manuscrits dans mon tiroir. J’avais bien pensé au livre audio, mais c’est un gros investissement et beaucoup de temps. Je pense que c’est important de rester concentré sur ce que nous avons déjà (livre eBook et papier) et de l’exploiter à fond avant de faire quelque chose de nouveau (trouver des lecteurs sur Amazon, développer les séances de dédicace).

Pour les projets annexes, j’ai d’autres sites internet sur mon travail d’entrepreneur (ByeBye Salariat) et aussi des projets autour de l’auto-édition (des eBooks ou des formations pour aider les auteurs à vivre de leur passion).

As-tu fait de belles rencontres grâce à l’écriture ?

Oui et tu en fais partie ! J’y ai repensé récemment, mais en deux ans, j’ai noué des relations parfois très fortes avec certains lecteurs et aussi des auteurs. Beaucoup de ces amitiés sont restées virtuelles mais très sincères. Je suis très heureuse de pouvoir ainsi discuter et partager avec eux… comme nous deux régulièrement par e-mail ! Ça me fait toujours énormément plaisir !

Es-tu présente sur les réseaux sociaux ?

Oui et certainement un peu trop ! Je suis un peu partout, Facebook, Twitter, Insta, Google +, LinkedIn… Cela est très chronophage et même si c’est très important, j’ai tendance à oublier de me déconnecter… Alors je fais des efforts pour ne pas oublier ma vie à côté, avec mon conjoint et profiter de l’instant présent.

Lors de tes salons et séances de dédicace, as-tu une anecdote ou un fait qui t’aurait marqué à nous faire partager ?

Je me souviens lors de mon premier Salon du livre. J’étais novice et je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Une rencontre m’a marqué parce qu’elle m’a ensuite donné de la confiance et du courage pour toutes mes autres signatures. Il s’agit d’une jeune fille qui après avoir regardé mes livres, m’avait promis qu’elle reviendrait le lendemain pour le deuxième jour du salon. Tu t’en doutes, je ne l’ai pas vraiment cru… Pourtant, le lendemain, elle s’est plantée devant mon stand avec un grand sourire en me disant « J’ai négocié mon argent de poche pour m’acheter votre livre ». Quel dévouement et enthousiasme ! Cela m’a beaucoup touché et depuis, même si les gens me disent « qu’ils repasseront », je décide de les croire.

L’interview touche donc à sa fin. Je te remercie de m’avoir accordé cette interview mais avant que l’on se quitte, as-tu un mot à ajouter ?

Je ne suis peut-être pas aussi connue que Musso ou Pancol, mais soyez curieux et allez lire les premiers chapitres de mes romans. Je suis certaine que, comme beaucoup d’autres avant vous, vous vous laisserez surprendre !

Merci Anaïs de m’avoir accordé cette interview. Je te souhaite une bonne continuation pour tes projets à venir et au plaisir de te lire !

Anais W 02

Publicités

Un commentaire sur “Interview : Anaïs W.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s